→ Any Ideas - Chef de projet malin | Articles - Part 2

5 conseils en cas d’échec à l’examen Prince2 Practitioner

Voici le message que j’ai reçu il y a quelques semaines :

« Je viens de passer l’exam practitioner et je n’ai eu que 36/80 (Failed), j’ai fait 2 examens blanc et l’exam officiel et je n’arrive pas terminer l’examen dans les temps (je trouve qu’il y a trop de texte à lire et 2 min par réponse c’est vraiment court), j’ai toujours 15-20 questions que je n’arrive pas à terminer dans le temps imparti, est-ce que vous avez une technique à me donner, et si vous avez des exemples d’examen blanc je suis preneur car je veux le repasser dans 1 mois. »

methode_prince2

contient des QCM d’entraînement

Pour les exemples de question, ça vaut peut être le coup d’investir dans ce bouquin : La méthode Prince2. Vous pouvez toujours le revendre d’occasion ensuite.

Autant l’examen Foundation est relativement facile, autant le Practitioner requiert une vraie préparation.

Voici ce que me disait Christophe que j’ai suivi pour son examen :

« […] de mémoire de certif (depuis 1990, j’ai à peu près tout passé, de Windows par Novel, Serveur Notes, Cobol, ITIL, Cisco …), c’est bel et bien le plus dur que j’ai jamais fait […] »

Donc ne prenez pas cet examen à la légère, passez en mode bachottage et investissez-y du temps !

Mais que faire si vous venez de le passer et que vous n’avez pas réussi à obtenir la certification ?

Je suis allé demander quelques conseils à mon ami Olivier Boisne de l’organisme de formation CertYOU (voir également l’interview Comment profiter à fond d’une formation Prince2 ou PMP) et je les ai commentés.

1. Préparez bien votre livre

comment utiliser les post-its pour Prince2

Des mini post-its de couleur pour accéder aux rapidements aux différentes sections.

« Cet examen practitionner est à « livre ouvert » c’est à dire que le livre officiel de la méthode PRINCE2 est autorisé. Il faut donc préparer son livre avec des post-its ou des marques-pages pour retrouver les pages des descriptions de processus plus rapidement », conseille Olivier.

Lire la suite »

Laisser un commentaire

Et si féliciter les résultats d’une personne était inefficace pour motiver ?

Même les tortues font des high fives !

Même les tortues font des high fives !

« Bravo ! félicitations ! ».

Nous avons tous entendu ce genre de retour, de feedback, à un moment ou à un autre dans notre parcours qu’il soit personnel ou professionnel.

Et en tant que Papa, je le fais souvent avec mes petites filles, je leur fais même un high five, elles adorent ça !

Mais il y a une nuance subtile et pourtant importante qui peut changer radicalement la motivation de la personne.

La technique ultime pour motiver votre équipe

Dans l’univers des résultats, deux clans s’affrontent : les réussites et les échecs.

Le résultat attendu a été fourni ou non.

Et en conséquence, la personne est félicitée ou non.

Jusque-là rien de vraiment surprenant, n’est-ce pas ? Lire la suite »

5 commentaires

Le meilleur poste pour évoluer vers le métier de chef de projet

J’ai reçu un message d’un lecteur la semaine dernière :

« Diplômé en septembre de l’INPG – Ense3 avec une année d’échange
à Montréal pour découvrir la gestion de projet.
Je remarque que ces postes nécessitent de l’expérience. Cependant
l’accès à ce type de poste n’est pas évident pour un jeune
ingénieur sorti d’école.
Quel serait selon vous le poste qui pourrait diriger vers le métier de
chef de projet ? »

Rouler à vélo à Paris demande un minimum d'expérience (et de courage)

Rouler à vélo à Paris demande un minimum d’expérience (et de courage)

Tout d’abord, un premier bravo pour le recul ! Effectivement, un poste dans la gestion de projet nécessite de l’expérience !

Ce n’est pas tout de bien écouter à l’école ou d’avoir lu quelques livres, piloter un projet requiert d’avoir vécu des projets sur le terrain, dans la vraie vie, avec des vraies personnes, des personnes avec des émotions, des comportements irrationnels sous stress, voire parfois incompétentes.

Deuxième bravo pour la conclusion que l’accès à ce type de poste n’est pas évident pour un jeune diplômé. Un peu d’expérience dans la vraie vie des projets c’est indispensable.

C’est comme apprendre le vélo sur un parking vide un dimanche après-midi et rouler sur ce même vélo le lendemain lundi matin à 8h en plein Paris. Stress garanti !

Tu vas répondre à la question ou pas ?

Lire la suite »

4 commentaires

Collègue qui glande ? Restez calme et posez cette question

"Je n'ai rien fait aujourd'hui et je suis quand même payé"

« Je n’ai rien fait aujourd’hui et je suis quand même payé »

« Tu avais 3 mois pour réaliser ce projet. Je t’ai donné des directives complètes, je t’ai demandé si tu avais besoin d’aide à quatre occasions, et j’ai fait un suivi avec toi chaque semaine. Que veux-tu dire par « On ne va pas être prêt pour cet événement samedi ?!? »

C’est ce que je voulais dire à mon employée qui est venue me voir pour m’expliquer qu’elle n’avait pas, en fait, pu préparer ce qu’il fallait pour l’événement de Samedi. A la place, j’ai fait une pause, j’ai souri et j’ai dit :

« Merci encore d’avoir accepté de prendre la tête là-dessus, Je sais que tu es très occupée. On dirait qu’il y a beaucoup de choses à faire avant l’événement de samedi. Quelles idées as-tu pour y arriver ? Je sais que tu seras capable de faire de cela un succès, et c’est pour cette raison que je t’ai choisie pour ce rôle au départ. »

Je suis l’éditeur en chef d’un magazine en ligne, nous avons une équipe de 70 personnes et un planning de publication intense, donc c’est un poste très important et je délègue beaucoup. Malheureusement, ceux à qui je délègue ne sont pas aussi investis que moi.

Il y a 2 mois, j’aurais utilisé la première approche pour ce membre de mon équipe qui a « glandé ». Cependant, j’ai rapidement compris que me mettre en colère – bien que satisfaisant sur le moment – ne motive pas mon équipe. A la place, ils se mettraient sur la défensive et deviendraient rancuniers.

La question magique du manager malin

J’ai dû changer de tactique. C’est là que j’ai découvert cette question magique : Lire la suite »

5 commentaires

Comment profiter à fond d’une formation type Prince2 ou PMP

apercu-interview-conseils-formation-prince2Préparer une formation type Prince2 ou PMP de manière autonome, sans formation, c’est possible, je vous ai déjà partagé des conseils à ce sujet, j’ai même tâché de vous donner des infos sur comment passer la certification en candidat libre.

Mais cette approche ne convient pas à tout le monde, j’en ai conscience et je vous propose donc des conseils de la part d’un spécialiste des formations et des certifications, Olivier Boisne, qui a accepté une interview pour partager ses meilleurs conseils pour profiter pleinement d’une formation en présentiel.

>>> Cliquez ici pour préparer la certification Prince2

Au menu de cette interview :

  • la principale erreur à ne pas commettre lorsque vous abordez la préparation d’une certification
  • l’état d’esprit à avoir lorsque vous répondez aux questions des examens de certification
  • la solution pour ne pas être découragé face au référentiel Prince2 ou PMP (et l’épaisseur du livre) lorsque vous préparez la certification
  • la semaine type de formation à la certification Prince2 et la charge de travail associée
  • l’avantage indéniable de passer par une formation pour préparer une certification …
  • comment choisir la certification à obtenir pour être le plus efficace
  • comment faire pour ne pas être lâché dans la nature après la formation

>>> Et pour profiter des 30 jours de coaching après la formation et l’examen, cliquez ici pour en savoir plus ! (Prince2) ou bien cliquez ici pour la partie PMP

Et vous ? avez-vous des retours d’expérience à partager suite à votre formation en présentiel ?

Laisser un commentaire